Ce que nous dit le Hatha Yoga Pradipika :

(Traité de Hatha-Yoga traduit par Tara Michaël)

Hatha Yoga

"L'effort violent que représente l'Union du Soleil et la Lune, eux-mêmes représentés par les canaux ida et pingala qui encadre le canal central susumna, tout en s'entrecroisant eux-mêmes et en ouvrant l'un par la narine droite, l'autre par la gauche. Ceci résulte d'une conception, traditionnelle depuis l'antiquité védique, de mise en correspondance de l'univers et du corps, du microcosme et du macrocosme.

Ce Hatha-Yoga consiste en l'ensemble de huit éléments consécutifs, ou membres de l'execice du Yoga : Yama, les réfrènements, les nyamas ou disciplines, l'âsana ou "posture", le pranayama "ou rassemblement des souffles, le pratyahara ou rétractation des organes de perception, la dharana ou la fixation qui est la concentration proprement dite de l'attention sur un objet, le dhyana ou méditation sur Hari dans l'intervalle des sourcils et le Samadhi ou position (du psychisme) qui est l'état psychologique d'équilibre.

L'union de l'Etre suprême, sous la forme de Siva, avec l'Énergie

cosmique, la Sakti, qui est aussi la "Déesse".

C'est cette union qui engendre l'Univers."

 

Reflexions sur le Hatha Yoga

Selon les textes anciens, le Hatha Yoga est une technique qui permet d’atteindre le but ultime du yoga par la réunion des deux pôles inscrits dans notre corps soit la Lune et le Soleil.
Notre corps énergétique qui fait vivre et anime notre corps de matière, notre corps grossier, est composé de trois principaux courants d’énergie, Ida, la canal lunaire, Pingala, le canal solaire et Sushuna, le canal médian dit aussi voie de la libération.
Par les différentes techniques, outils et moyens utilisés, on commence par nettoyer les canaux, notamment les deux latéraux afin d’y faire circuler l’énergie. Lorsque ces deux canaux deviennent comme saturés, c’est-à-dire que l’énergie y circule avec fluidité alors, la voie médiane s’active. Les deux canaux latéraux agissent comme deux aimants qui s’attirent et finissent par polariser la voie médiane et la prépare à recevoir l’énergie. Lorsque l’énergie commence à y circuler, alors l’individu accède à d’autres plans de conscience et commence à sortir de la dualité inscrite par les deux canaux latéraux.
Le but du Yoga est de trouver la libération, de sortir du rêve dans lequel nous sommes projetés à la naissance, plongé dans les voiles de Maya, la grande illusionniste. Le Hatha Yoga prépare le terrain. A la différence de la voie tantrique, le Hatha Yoga se suffit à lui-même et trouve à l’intérieur de lui-même les moyens de la libération. A contrario, le tantrisme va utiliser des moyens externes pour agir à travers le rituel. Le but final étant le même.
Le yogi étant celui qui surplombe la matière, voit clairement, est libéré des turpitudes du monde et en joue; il est sorti de la dualité. Il est comparable à une source d’eau pure et cristalline qui coule et laisse voir clairement à travers.

Le Hatha Yoga n’est pas une activité sportive en dépit de tout ce que l’on peut voir aujourd’hui avec la mise en avant de postures les plus gymnastiques et acrobatiques que possible. Il n’est nul besoin de certificat médical pour pratiquer le Hatha Yoga, et le Yoga en général. Le Yoga est une pratique spirituelle même si elle a été détournée aujourd’hui de sa vraie nature du fait des nombreux bienfaits révélés par la pratique du yoga. Tout le monde peut pratiquer le Hatha Yoga, même les personnes présentant des troubles ou handicap pour la simple et bonne raison que chacun fait en fonction de ce qu’il peut faire. En fait, tout dépend de la motivation, du niveau de concentration et de la volonté de chacun. Et aussi de notre capacité à accepter les limitations de notre corps et son manque de souplesse. Accepter ce que l’on est est quelque chose de très difficile. Et pourtant c’est le premier pas. Nous voudrions tous être différents de ce que nous sommes. Ceux qui sont mince voudraient grossir, ce qui ont de l’embonpoint voudraient maigrir, nous ne sommes jamais satisfait. La raison est très simple, nous regardons toujours à l’extérieur au lieu de regarder à l’intérieur ce que nous sommes vraiment, notre vraie nature, qui est elle, parfaite. D’ailleurs, lorsque nous voulons nous voir par nos organes externes, nous ne voyons que le reflet de nous-mêmes. En effet, comment voir à l’extérieur l’être que nous sommes à l’intérieur. Ce n’est pas le reflet dans miroir qui va nous aider! Oui, nous allons y voir une image, reflet, déformé par notre mental, du corps grossier que nous avons emprunté pour cette vie. Nous ne pouvons pas nous voir exactement comment nous sommes. Car même si les informations données par les organes des sens arrivent pour ainsi dire « pures » elles sont distordues par notre mental qui va y mettre une valeur en fonction des paramètres enregistrés. Ces paramètres sont les empreintes laissées par les expériences qui sont catégorisées et répertoriées. Ce sont nos mémoires. Si toute notre enfance nous avons reçu des injonctions « négatives », comment pourrons-nous trouver une bonne image de nous-mêmes? De la même façon, si nous avons été au contraire, toujours complimentés, nous aurons tendance à nous valoriser et à avoir une haute estime de nous-mêmes par rapport aux autres.
De plus, aujourd’hui, nous voudrions tous obtenir des résultats rapides et sans trop d’effort et devenir des individus parfaits ou plutôt correspond à la norme infligée par les médias. Se confronter à soi-même, arrêter de regarder à l’extérieur, voilà la clé du Yoga.

Le Yoga est une voie de l’effort, d’un effort constant. Là réside la grande difficulté et le handicap, s’il en est un, c'est celui-ci : notre incapacité à rester concentrer par un effort soutenu, sans dévier de la voie. Assiduité, constance, effort, volonté, voilà les mots clés. Le yoga est une course de fond, et non un sprint même si on peut utiliser le sprint de temps en temps pour changer la cadence, booster, éviter une lassitude qui pourrait nous enliser et sortir d’une zone de confort susceptible de s’installer.
Ce n’est pas parce qu’on est capable de réaliser une posture acrobatique que l’on attendra plus vite le but recherché. Au contraire, cela peut même être un piège. En fait, le but peut être atteint à travers une seule posture, celle dans laquelle on se sent bien et dans laquelle on est capable de tenir assis très longtemps sans défaillir, sans s’endormir, sans gigoter. Or, on se rendra vite compte que même assis dans une posture simple, en tailleur par exemple, avec de nombreux coussins pour rendre plus aisée l’assise, au bout de 5 minutes, le mental commence à nous distraire; nous avons envie de nous gratter, de bouger, le tousser, de bailler, d’ouvrir les yeux pour voir ce que font les autres ou autre chose… Ce n’est pas que nous devons pas le faire, c’est que nous allons tout faire même, et surtout inconsciemment, pour rester en lien avec l’extérieur. Or, une des étapes du Yoga, est le retrait des sens, Pratyara. Laisser passer les informations données par nos organes des sens sans être tenté d’aller voir à la fenêtre ce qu’il se passe. Pourquoi? Tout simplement parce que nos sens sont là pour nous donner des informations sur le milieu dans lequel nous nous trouvons. Et notamment, une de leur fonction primordiale est de nous avertir en cas de danger car c’est par eux que l’on « survit ». que nous sommes à même de nous défendre en cas d’agression. Les organes des sens et les sens en général nous maintiennent connectés à l’extérieur. Or ce que nous cherchons, c’est d’aller à l’intérieur de soi. La concertation est donc là clé, c’est aussi une étape, connu sous le nom de Dharana. Tourner le regard vers l’intérieur et rester. L’extérieur est une projection

Pourquoi pratiquer le Yoga?
Le Yoga depuis un demi-siècle est devenu très à la mode. Les iconographies dans les publicité montrant des postures de yoga est devenu chose courante. Pour la majorité des gens, la pratique du yoga est associée à une recherche de tranquillité de l’esprit. Ce qui est indéniable et qui est une conséquence parmi d’autres de la pratique. On trouve aujourd’hui toutes sortes de yoga toutes aussi original et fantaisiste les unes que les autres. Il faut quand même rappeler que le yoga se pratique normalement seul et requière une certaine solennité car il engendre la communion. Ce n’est pas une activité mondaine.
Dans notre société surmenée où la plus part des gens vivent à une allure effrénée, il est de plus en plus difficile de trouver des moments de répit. Le Yoga offre cette parenthèse suspendue dans l’espace et dans le temps. On coupe les sens afin de se retrouver à l’intérieur de nous-mêmes et de découvrir ce temple qui sied dans la grotte du coeur. C’est pour cela que le Yoga ne peut se pratiquer n’importe où et dans n’importe quelle situation. Surtout au début. Il est déjà difficile pour celui qui débute de rester les yeux fermés le regard tourné vers l’intérieur sans gigoter. Si ce qui se passe à l’extérieur détourne constamment son attention, comment faire?
Le yoga permet d’assouplir le corps. Lorsqu’on assouplit son corps, c’est son mental que l’on assouplit aussi. Les deux sont liés, car même si l’esprit est impalpable, il reste attaché au corps et lié à lui. Assouplir son mental veut dire devenir plus adaptable aux situations. La vie par elle-même n’est pas statique. Au contraire, elle est en mouvement permanent. La vie, c’est le déploiement de l’énergie. Lorsqu’on oppose une résistance à ce changement, on devient rigide, on ferme son potentiel et très souvent cela nous fragilise autant d’un point de vue psychologique que physique. Un exemple banal est une pratique sportive intense sans étirement après. Il en résulte un déchirement musculaire voire arrachement ligamenteux et plus communément, beaucoup de courbatures. Lorsqu’on subit les événements dans notre vie c’est comme si on passait dans un compresseur ou à la machine à laver. On ressort complètement épuisé. Si par contre on a suffisamment d’énergie, on devient capable de se servir de ce qui arrive comme d’un levier pour rebondir sur la vague. Plus rien occasionne de tracas dans l’absolu. Pour cela, il faut évidemment de l’énergie. Quand on mène une vie très active sans prendre un instant de répit, sans se retrouver soi-même, on court vers le burn-out, incapable de surmonter la pression constante. La première des choses à faire, est de se poser et d’apprendre à respirer.
La respiration, appelée Pranayama est incontournable. D’ailleurs, la souplesse elle-même s’acquière par la respiration.

A suivre....

FaLang translation system by Faboba