Au sujet du tantrisme

Le tantrisme souffre aujourd’hui d’une mauvaise réputation.

Alors qu’originairement il établit une vision sacré et hautement spirituelle qui divinise la vie, il est présenté sous une figure réductrice, caricaturale et aussi vulgaire que possible. Et qui réduit le tantrisme a une technique sexuelle de transe et de pouvoir.

Tantra Mantra Guerison 1Sans refaire l’historique de ce courant, son étymologie

Le tantra est la recherche en soi de l’union de Shiva et Shakti. Le tantra place la femme, l’énergie au coeur du divin. Il offre une vision non dualiste du monde privilégiant l’aspect « énergie » du Divin sans laquelle le but ne peut être atteint. Si certaines rituels inclus des pratiques sexuelles, il s’agit de rituel où l’émotion n’a pas sa place. Seule la froide réalité demeure. Ces pratiques ne sont là, comme tant d’autres, que pour permettre à la Kundalini de s’éveiller et de circuler dans sa pleine potentialité. D’ailleurs à ce sujet, l’éveil de la Kundalini est le fruit d’un long processus dont la constance, la régularité et l’engagement avec lesquels on effectue sa sadhana sont les garants. Rare sont ceux qui pourraient se targuer d’une ascension soudaine et fulgurante. Pour le commun des pratiquants, elle est le résultat de Tapasya, l’ascèse.

Que recherche-t-on à travers le tantra?

Voilà une question à se poser. Selon la tradition, le tantrisme est non pour assouvir un désir personnel de plaisir et d’exacerbation des sens pour la jouissance pure, ni d’ailleurs pour chercher un quelconque ascendant sur l’autre sexe. Le tantrisme est un merveilleux moyen de trouver en soi l’être androgyne que nous sommes. C’est réaliser l’union de ces deux pôles que nous composent, qui rejoint d’une certaine manière le but du Hatha Yoga, soit, l’Union du Ha et du Tha, de la Lune et du Soleil dans le but de s’élever et de transcender la dualité de Maya. Lorsque enfin cette Union est réalisé, alors, l’être accompli jouit du monde en un aller retour constant entre son être intérieur, le soi et l’extérieur.

Le monde, la Maya ne constituent plus un problème comme cela pourrait être le cas dans d’autres traditions, mais justement le lieu, l’occasion et le moyen de réaliser la Conscience, réaliser Shiva.

Tantra Mantra Guerison 2N’en déplaise à certains, parvenir à un tel stade n’a de sens que pour servir le divin. Servir le divin consiste notamment à éclairer comme une lueur dans la nuit et permettre à ceux qui l’ont oublié, de se le rappeler Qui ils sont : un être céleste dans un corps de chair. Shiva est partout et en tout, en tous. Se retirer dans la caverne du coeur pour en sortir en des aller-retour permanents, faire le lien entre le Soi et le soi. Tel est d’ailleurs le rôle du Guru. Le Divin personnifié.

« Le Saubhagyahrdayastotra chante la Déesse Abeille qui siège dans le lotus du Coeur et se joue en surface, dans les organes des sens, allant et venant de la ruche - le coeur - aux fleurs : parfums, formes et couleurs… afin de butiner diligemment leur suc. Telle est l’attitude du très grand yogin qui, comme Mahaprakasa, sans jamais quitter le coeur, centre de la roue cosmique, goûte aux plaisirs variés des sens situés à la périphérie. »

La Déesse Abeille est comparable au Tantrika qui tisse en permance la trame que forme sa vie entre intérieur et extérience, bien établi dans le Soi tout en vivant la dualité.